Marty De Lutece

Facebook – Instagram – Souncloud

 

Marty de Lutèce navigue dans le renouveau de la scène émergente française depuis quelques années, entre rap brumeux et échappées pop aux accents mélancoliques.

Après un début de parcours au sein du groupe Lutèce, Marty poursuit désormais sa route sous son propre nom. Avec des groupes comme PNL ou encore Triplego, il fait partie de cette génération qui s’est totalement libérée des anciens codes du rap, achevant de décloisonner le genre. Parfois catégorisé un peu rapidement sous le nom de cloud, le son qu’il propose a de quoi compliquer toute opération d’étiquetage, ou autre nomenclature bancale de remise de prix.

De projet en projet, la formule de Marty se précise. En 2018, l’EP Violence partout avait quelque chose d’aquatique, laissant flotter son refus de vieillir sur des nappes de synthé. Il a ensuite proposé le EP Noob, rempli d’une énergie plus tonique, emmenée par des tonalités plus éclectiques et des mélodies plus marquées. Avec ce nouvel EP nommé Poster, la palette de couleurs musicales tire encore un peu plus vers la pop, à la manière du Young Thug de Jeffery. Quatre titres ont été produits par Schumi, tandis que les trois autres sont de nouveaux fruits de la collaboration avec King Doudou. Un autre transfuge lyonnais qui s’est fait une vraie place dans le son actuel, grâce à son travail pour PNL, Hyacinthe ou encore Bad Gyal.

Les nappes sonores minimalistes sont souvent amplifiées par les parties de guitare jouées par Marty ou Schumi1, savamment dosées. En guise d’apéritif, les singles Beretta et Comment faire emportent l’auditeur sur une rythmique enlevée. Emmenés par des toplines efficaces, ils représentent bien le spectre musical de Marty, entre accents pop-rock pleinement assumés, et couplets rappés sur des inflexions plus synthétiques.

L’enfance qu’on veut retenir, un thème très présent sur Violence partout et un peu sur Noob, est moins présente cette fois, laissant plus de place au thème du présent, un « ici et maintenant » attisé par l’envie de voir demain. « Beretta », premier visuel réalisé par Baptiste Magontier, prolonge l’univers de Marty par un cocktail d’amour et de violence aux accents ironiques.

...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!