Andy Luidje

FacebookInstagram

 

 

Très jeune, Andy Luidje commence à écrire et à chanter, chez lui à Nanterre. C’est là que ses parents ont emménagé après être venus de Guadeloupe, à la fin des années 80. Entouré d’une famille amoureuse de musique, il grandit en écoutant du rap, du zouk et surtout du gwoka, tel celui joué par son père dans un groupe. Au collège, il commence à écouter du rap us et du rnb, devenant adepte du son d’un Drake ou encore d’un Usher. Passés ses premiers essais chez lui, c’est dans le home-studio de son cousin Mr Hype, beatmaker, qu’il va enregistrer ses premiers morceaux.

Arrivé à l’IUT de Sceaux, il y rencontre Nelick, avec qui il va s’ouvrir davantage au rap français, écoutant des artistes comme 1995 ou Disiz la Peste. Nelick et Andy vont enregistrer différents titres ensemble, et les sortir sur leurs projets respectifs, des sons naviguant entre rap et chant. Andy s’aventure pour la première fois dans les studios professionnels et sort ses premiers Eps « #404 », en 2017 et « Univers » en 2018, toujours sous l’aile bienveillante de son cousin. C’est de cette symbiose artistique qu’est née « Vous et Moi », un projet dont la cohérence frappe d’emblée.

En mai dernier Andy Luidje sortait son EP « Le temps d’un trajet », préambule de « Vous et Moi » nouvelle étape enregistrée au retour exil temporaire d’un an au Canada.

S’immergeant davantage dans le chant que sur les projets précédents, Andy apporte des morceaux à l’egotrip conquérant, comme Rolex, le premier single. Sur une mélodie entêtante, le programme décrit est simple : « fermer des bouches pour seule mission », et devenir « champion à la mi-saison ». Cette vibe déterminée est aussi présente sur Chaque jour, titre dans lequel il évoque son identité plurielle (« à Paris je suis africain, en Guadeloupe je suis un blanc« ), sa soif de réussite, mais aussi les relations humaines et leur complexité, entre quête de reconnaissance et principes de vie. Derrière une écriture elliptique, Andy Luidje met en scène différentes facettes de la vie amoureuse. Il s’autorise parfois des échappées vers la fiction, comme sur Emma, une histoire d’amour entre la vie et la mort. D’autres titres livrent quant à eux un récit intimiste où il se dévoile avec pudeur, pour mieux dessiner des émotions universelles, que chacun pourra s’approprier. Dans Maman s’en est allée, il décrit ses relations parentales au moment où la distance s’impose, du fait du retour de sa mère dans les Caraïbes, loin des yeux mais près du cœur.

Comme un révélateur, cet événement familial l’amène à exposer des regrets teintés de gratitude envers père et mère. Entre doutes liés au passage à l’âge adulte et proclamation de son envie de percer, Andy Luidje est un enfant de son époque. Il est de cette génération qui n’a plus forcément le temps de surjouer des rôles, et semble préférer la sincérité.

Sur un titre comme Top of Mind, où il retrouve son comparse Nelick, Andy Luidje entraîne l’auditeur vers un groove plus chatoyant. L’album offre également d’autres sons où il montre que sous ses airs de doux rêveur, il possède une large palette de techniques vocales. Ainsi sur Paris-Montréal avec Tence, et Marvel, avec P-dro, Andy montre qu’il sait kicker. Avec sa mélodie imparable, Bébé tu sais conte une histoire d’amour qui hésite entre usure et persévérance. Son refrain langoureux aux vocalises brillantes, dépeint les incertitudes de l’amour, et son insoutenable légèreté. La ballade tragi-comique Instagram voit Andy revêtir le rôle d’un personnage perfusé aux likes, dont les relations s’étirent comme des fils sur la toile digitale, parfois jusqu’à la cassure.

Avec l’aide de l’ingénieur du son Vincent Forgue (Féfé, Casseurs Flowteurs, Orelsan..) Mr. Hype et Andy ont intégré des parties acoustiques de piano et de saxophone, celles-ci se mêlant harmonieusement aux beats électroniques. Un cocktail entre rnb, rap et pop qui fait de « Vous et Moi » un projet fait pour rassembler.

Etienne Antelme

...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!